Les Brèves

    Les Voix ont porté

    Événement


    Un peu plus de 2 000 auditeurs se sont déplacés la semaine dernière dans les murs de l’hôtel Dupanloup et du Jardin de l’Évêché pour assister à la troisième édition des Voix d’Orléans. Une estimation réalisée par la Ville, puisqu’aucun comptage précis des entrées et sorties n’a été faite lors de l’événement, ainsi que nous l’avait précisé en préambule de l’événement Nathalie Kerrien, adjointe à la culture. Samedi dernier, Olivier Carré assurait cependant « qu’il y avait au moins eu deux fois plus de monde que les années précédentes. »

    Le maire d’Orléans se satisfaisait aussi d’avoir vu une « petite centaine d’étudiants » se diriger vers les conférences, même s’il reconnaissait que les Voix avaient quand même manqué d’une « présence étudiante », ce que confirmait plusieurs participants présents sur place. Plus globalement, Olivier Carré relevait la « légitimité » et la « pertinence » de cette manifestation traitant de sujets qui, « sur le papier, ne sont pas forcément grand public ». Mais l’élu rappelait que les Voix devenaient selon lui un « vrai rendez-vous, important pour l’image d’Orléans. » La marque reste pourtant à affirmer, puisqu’un des intervenants évoquait samedi sa joie d’être présent à « ces Journées d’Orléans ». Un lapsus qui en a laissé certains… sans voix !

    Pas de changement en vue

    Et à l’avenir ? Les Voix d’Orléans connaîtront bien évidemment une quatrième édition l’an prochain, avec pour thème de débats : « Informer à tout prix ? » Concernant la forme de l’événement, Olivier Carré a précisé qu’elle ne devrait pas bouger : « Dupanloup se prête bien à la manifestation, il n’est pas prévu de la délocaliser. » Enfin, le maire d’Orléans précisait que l’axe ligérien qu’il appelle régulièrement de ses vœux pouvait désormais compter, avec les RDV de l’Histoire de Blois et les Voix d’Orléans, sur deux piliers solides au niveau culturel.

    Les Brèves