Les Brèves

    je t’aime, moi non plus…

    Le discours officiel est clair à Orléans. Il l’est aussi à Tours, mais avec légèrement moins de fougue. Ces deux villes phares de notre région ne cessent en effet de clamer que la réunion des énergies est seule garante d’une région forte et d’un retour à une dynamique positive et attractive.

    Alors oui, il y a la French Tech Loire Valley. Mais même sur ce dossier, on peut douter de la capacité des uns et des autres à travailler ensemble, outre le fait d’adapter leurs agendas respectifs… Et sur les autres sujets, là où il faut du volontarisme, les choses n’avancent guère.

    Pourquoi ? On avait pourtant évoqué le tourisme, la culture et d’autres sujets structurants qui pourraient permettre de créer cet axe ligérien promis à un bel avenir depuis… 50 ans. Mais il est fort probable que dans 50 ans, on continuera à en parler.

    Car soyons francs et sortons du politiquement correct : Tours a un centre universitaire plus important, un CHU qui fait sa renommée et une dynamique commerciale enviable.

    Encore sous le coup de massue de n’avoir pas délogé Orléans de son statut de capitale, les Tourangeaux ne cèderont probablement pas une once de terrain. Car, dans cette position de force favorable, et notamment au plan universitaire, Tours voudra conserver son leadership et ne créera des synergies avec la capitale régionale que si cela tourne à son avantage.

    Ne soyons pas trop critiques envers nos voisins : même si les tensions sont apaisées entre les deux villes, même si elles arborent plus ou moins les mêmes couleurs politiques, il n’en reste pas moins que chacun joue sa partie et compte bien la gagner.

    Les Brèves