Les Brèves

    Marcelle Provost sait combien

    Depuis 1987, elle milite au Mouvement du Nid, d’abord à Paris, puis à Marseille et Orléans. Son écoute et sa bienveillance ont permis à des prostitué(e)s de comprendre le chemin de leur vie.

    claire seznec

    Du haut de son mètre soixante et de ses cheveux argentés par le temps, Marcelle Provost se fait discrète dans son grand manteau noir. « Physiquement, je suis un peu insignifiante », nous avait-elle prévenu au téléphone, avec un petit rire de modestie, lors de notre prise de rendez-vous. Pourtant, sur place, sa poignée de main est franche et ses yeux bleus regardent bien droit. La conversation s’oriente rapidement sur le Mouvement du Nid, une association de bénévoles qui agit sur les causes et les conséquences de la prostitution et va fêter ses cinquante ans au niveau national ; bientôt ses trente à Orléans.

    Marcelle Provost a rencontré ce phénomène au détour d’une rue, à Paris. C’était en 1979. Hébergée par des amis dans le quartier Pigalle, elle est interpellée par des prostituées et s’intéresse alors à elles. « Il n’y a pas grand-chose qui les distingue de moi, même si, avec le temps, j’ai découvert qu’elles sont… hors du commun », affirme-t-elle, fascinée par « l’énergie et le ressort » de ces femmes – et ces hommes –qui se prostituent. Un jour, alors qu’elle avait 35 ans, devant le palais de justice de Marseille – ville dans laquelle elle s’est mariée et s’est engagée au Mouvement du Nid – elle échangea avec une prostituée quelque peu alcoolisée. « Elle méditait sur l’inscription du fronton du tribunal – « Liberté, égalité, fraternité » – et ce qu’elle en disait était tout bonnement merveilleux… », se rappelle Marcelle Provost.

    Trente ans de bénévolat

    Docteur en industrie pétrochimique, la sexagénaire s’est épanouie pendant des années dans son métier, en France mais aussi en Angleterre. Un pays où elle a travaillé environ quatre ans, à raison d’une semaine sur deux, une à Londres et l'autre à Orléans. « Heureusement que le télétravail existe, ça m’a permis d’être auprès de ma famille ! », raconte-t-elle. Car de 7h à 19h, entre des entretiens avec des interlocuteurs situés aux quatre coins du monde, il était difficile de trouver le temps pour souffler… À la retraite depuis 2009, Marcelle Provost œuvre désormais sans contrainte au Mouvement du Nid orléanais. Un jour elle fait de la prévention, un autre de l’information, un autre encore de la formation auprès des travailleurs sociaux et, enfin, de l’écoute aux prostituées qui veulent et sont surtout prêt(e)s à comprendre « pourquoi ils ou elles en sont arrivés là. »

    « La prostitution n’est pas un choix »

    Autour d’un thé – une bergamote de préférence – ses entretiens durent parfois des heures. Le plus long ? Un jour et six heures ! Durant ce laps de temps, elle écoute, prend des notes et écoute encore, sans jugement. « Je ne veux être qu’une paire d’oreilles pour eux », confie Marcelle, avant de préciser que de toutes les personnes en situation de prostitution qu’elle a côtoyées au cours de sa vie, aucune n’a choisi sciemment de vendre ses charmes. Elle appuie ses dires par l’âge moyen de la prostituée française : 14 ans. D’ailleurs, dans le Loiret, parmi les presque 300 prostitué(e)s (ou suspicions de prostitution) recensé(e)s, on compte 30 % de mineurs. « Ça pose quand même la question du consentement, et cela fait aussi penser à cette récente affaire de viol sur une fillette de onze ans, lance-t-elle. Et tout ça, il faut que la population le sache : la prostitution n’est pas un choix, c’est souvent ce qu’il reste quand ces personnes n’ont plus rien ou craignent pour leurs vies. »

    « je ne veux être qu’une paire d’oreilles pour les prostitué(e)s »

    Aujourd’hui, à 60 ans, Marcelle soutient toujours activement le Mouvement du Nid. Certains bénévoles de l’association lui demandent souvent comment elle fait pour continuer, après plus de 30 ans de militantisme. Sans doute a-t-elle trouvé sa voie : celle de la présence pour ceux qui en ont besoin ; celle de l’écoute attentive et bienveillante. Qu’elle aurait sûrement pu mettre à profit auprès d’autres populations en difficulté.


    Les Brèves

    • CV

      1958 : naissance à…

      1987 : engagement au Mouvement du Nid (Marseille)

      2009 : arrivée à Orléans