Les Brèves

    Les groupies du piano

    Une collaboration culturelle à Orléans

    Le 13e Concours International de Piano débutera dans deux semaines à Orléans et se clôturera le 18 mars prochain. Entre-temps, une quarantaine de jeunes pianistes parmi les plus talentueux de la planète (quinze nationalités représentées) se seront affrontés pour désigner celui – ou celle – qui succèdera à Takuya Otaki, vainqueur de la dernière édition de l’OCI en 2016. Né à Orléans en 1994, ce concours international de piano est reconnu dans le monde entier. « Il rayonne à l’international par son haut niveau d’exigence », a d’ailleurs insisté Philippe Barbier, conseiller municipal délégué à la musique et au patrimoine historique, lors de la présentation du concours, jeudi dernier, aux…Turbulences Frac-Centre.

    Main dans la main

    Un endroit évidemment pas choisi par hasard, puisque cette 13e édition va en effet sortir de son pré carré de la salle de l’Institut, où les épreuves préliminaires se tiennent traditionnellement. Non seulement les trois finalistes de l’OCI se produiront comme d’habitude le dimanche 18 mars sur la scène du Théâtre d’Orléans, mais ils y interprèteront aussi une œuvre du compositeur espagnol Hector Parra, qui se trouve être actuellement exposé au Frac dans le cadre de la Biennale d’Architecture. Le signe d’une collaboration culturelle entre deux institutions orléanaises de premier plan. Cette symbiose a d’ailleurs ravi Abdelkader Damani, le pétillant directeur du FRAC, qui s’est réjoui de constater que son établissement prenait, « une ou deux fois par an », des allures de « maison du piano ».

    Les Brèves