Les Brèves

    Tu seras chef !

    RPR, UMP, Les Républicains… Une succession de dénomination mais, aujourd’hui, plus que jamais, une réelle évolution. Ce n’est pas tant que la culture du chef, si chère à la droite, n’est plus d’actualité. C’est aussi et surtout qu’il n’y en a plus !

    Certes, une élection devrait remédier à cela prochainement et le siège sera bientôt occupé par un homme probablement, un Auvergnat semble-t-il… Ne voyez là aucune relation avec la chanson de Brassens, car même en torturant l’esprit et les mots, il n’y en a aucune.

    Reste qu’élu ou pas, il ne s’agit pas tant d’occuper le poste que de l’incarner vraiment. On parle refondation chez Les Républicains, mais il s’agit plutôt d’une première étape dans le cadre d’une longue rééducation après une amputation des membres porteurs.

    Dire pour autant que le parti ne pèsera plus sur l’échiquier n’est pas non plus une réalité. Mais sa voix, parfois plus proche d’une chorale aux notes discordantes, devra se transformer en un solo lyrique, ce qui nécessitera un peu de temps et un orchestre bien dirigé pour permettre au soliste de briller.

    Mais avant d’en arriver à ce concert, bien des étapes attendent la future direction… Et notamment définir celle qui sera prise par Les Républicains pour retrouver une place plus confortable dans cet environnement politique qui se relève d’un véritable séisme.

    Gageons enfin qu’une fois le parti en ordre de marche (sans jeu de mots…), Les Républicains auront suffisamment d’inspiration pour composer une symphonie plutôt qu’un requiem. D’autant que l’on a déjà connu, ailleurs et notamment plus à gauche, des ténors qui avaient ainsi poussé leur parti vers les abymes pour avoir proposé une mélodie trop mélancolique...

    Les Brèves