Les Brèves

    Une victoire, c’est si simple !

    Rugby Club Orléans

    L’absence des cadres et le doute qui s’installaient chez les jeunes Orléanais a trouvé une conclusion heureuse à Épernay (14-16). Simplicité et pragmatisme étaient au menu de cette victoire qui a fait du bien dans les têtes… De quoi redonner vie à l’objectif de qualification en play-offs ?

    Philippe Hadef 

    « Oui, on était inquiet. » Le président du Rugby Club Orléans ne cachait pas son sentiment d’ensemble après la victoire au forceps obtenue dimanche dernier à Épernay, qui permettait de mettre un terme à une série négative. Christian Lavezard explique ainsi clairement l’inquiétude qui montait peu à peu, match après match : « nos leaders expérimentés sont tous à l’infirmerie ou sous le coup d’une suspension. » Il fallait donc composer avec les jeunes du club qui, jusque-là, ne trouvaient pas le bon rendement.

    Mais à Épernay, véritable match couperet pour espérer continuer à lutter pour la qualification, la jeune garde a relevé la tête, « preuve que l’intégration des jeunes porte ses fruits », commente avec soulagement le président Lavezard. Franck Cohen, le manager du RCO, confirme ce passage à vide : « je sentais les joueurs dans le doute. Ils ne semblaient pas prêts à accepter de faire des choses simples. Face à Épernay, ils se sont appuyés sur des vertus simples, justement : le courage et le pragmatisme. » Et cette simplicité assumée a soulagé le coach orléanais, qui espère ainsi que ses troupes aient « levé pas mal de freins ».

    « je sentais les joueurs dans le doute »
    Franck Cohen, manager du RCO

    Mais le retard pris au classement ne permet pas de s’arrêter sur ce succès sans envisager de doubler la mise ce week-end. « Il faut maintenant bien finir, annonce Franck Cohen. Il y a une journée très importante dimanche, avec des confrontations directes qui nous intéressent et, pour nous, la réception de Ris-Orangis au stade Marcel Garcin. » « On progresse mois après mois, et l’objectif reste toutefois la qualification dans cette poule solide où cela bataille dur », renchérit Christian Lavezard. D’autant que les nouveaux venus de Fédérale 3 ont particulièrement impressionné. « C’est vrai que Bourges et Saint-Georges font un très bon début de championnat », ajoute le président, qui prévient : « à la rentrée, nos hommes forts seront de retour. Au printemps, nous serons dans les meilleures conditions. »

    Play-offs ou pas ?

    Dans cette poule de Fédérale 2 où le RCO doit maintenant terminer cette série de matches allers par un succès qui lui permettrait de rester totalement en course pour assurer les phases finales, il faudra cependant composer « avec le retard que nous avons pris. Ce sera difficile d’aller chercher cette quatrième place, relève Franck Cohen. Alors il faudra se livrer sans retenue et jouer match après match. » Face à Ris-Orangis d’abord et ensuite après la trêve, le 10 janvier prochain, pour le début des matches retour.

    Viendra ensuite le moment de faire les comptes et de voir si l’objectif est atteint. Chez les dirigeants, la qualification est non seulement encore envisageable, mais Christian Lavezard « aimerait aussi passer les seizièmes de finales. » Le président du RCO souhaiterait ainsi voir ses troupes franchir un palier chaque année pour aller voir plus haut, dans deux ou trois ans…

    Les Brèves