Les Brèves

    Fitness, crèches, dogsitter… : ce que les entreprises proposent

    Bien-être au travail

    Salle de sport, jardin partagé, crèche inter-entreprises, accueil des animaux de compagnie… Des entreprises de l’Orléanais mettent en place différents dispositifs pour le bien-être de leurs salariés. En voici quelques-uns.

    Claire Seznec

    La notion de qualité de vie au travail prend une place de plus en plus importante dans les réflexions des salariés comme des chefs d’entreprises. Celle-ci rime avec de nombreux thèmes. Dans les commune de la métropole, plusieurs entreprises s’organisent et lancent ainsi des démarches pour répondre aux besoins de bien-être des salariés.

    Souvent, le sport revient comme une évidence, car il réduirait le stress et permettrait de se défouler. Au siège de la société Partnaire, dans le quartier Saint-Marceau à Orléans, une salle de fitness a d’ailleurs ouvert ses portes à la fin du mois de novembre. Accessible aux salariés, elle dispose de tapis de course, d’un vélo, d’un vélo elliptique, et de trois appareils de musculation. « Philippe Gobinet, le PDG de l’entreprise, a toujours été attaché au sport et à ses valeurs : l’effort, le partage et l’action commune, explique Lisa Meunier, la responsable communication de Partnaire. Nos collaborateurs souhaitaient pouvoir faire du sport à midi ou après le travail. Inaugurer cette salle répond à cette demande et complète nos aides financières aux salariés qui souhaitent s’inscrire en club de sport ou dans une association. » D’autres sociétés, comme Vergnet Hydro, à Ormes, et Absolem, à Ormes également, ont pris le pli en créant une salle de sport ou en proposant du coaching sportif aux salariés.

    Dans le même esprit, l’entreprise Easyflyer, basée à Orléans, a lancé l’opération « À chacun son semi » auprès de ses salariés. Une vingtaine d’entre eux se sont effectivement inscrits au semi-marathon de Paris, en mars 2018. Pendant cinq mois, ils sont coachés par l’Orléanais Nordine Attab. Les autres salariés bénéficient aussi de ce coaching via des groupes de remise en forme et de course à pied.

    « le québec à la rescousse »

    D’autres initiatives, autres que sportives, émergent de plus en plus dans les entreprises. Depuis 2015, en partenariat avec l’Afnor (association française de normalisation) et Harmonie mutuelle, la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) du Loiret a décidé d’appliquer la norme québécoise « Entreprise en santé » * à sept sociétés volontaires. Parmi elles, Orvade, à Saran. Au départ, cette dernière avait pour objectif de résoudre les problèmes de troubles musculo-squelettiques, d’absentéisme, d’ambiance au travail et d’absence d’échanges entre les services. Depuis la mise en place de la norme précitée, un comité Santé et mieux-être au travail a été créé ; un atelier de réparation de vélos s’est installé dans l’entreprise et neuf parcelles de terre ont permis de créer un potager collectif. Selon Orvade, s’il est encore impossible de savoir si l’absentéisme a diminué ou si les salariés se sentent mieux, la communication au sein de la société se serait, elle, « améliorée ». Les liens tissés entre les salariés lors d’activités autres que professionnelles seraient donc bénéfiques…

    Certes, les activités proposées en entreprise sont importantes. Mais il ne faut pas oublier l’équilibre, parfois compliqué à trouver, entre vie professionnelle et vie familiale. À Saint-Denis de l’Hôtel, Mars Petcare and Food France et la Laiterie de Saint-Denis se partagent, depuis 2012, trente places dans une crèche inter-entreprises dans la communauté de communes des Loges. « Cela apporte de la sérénité et de la concentration aux seize parents qui en bénéficient, affirme Donatienne du Vignau, directrice de la communication de Mars Petcare. La crèche respecte les horaires de travail, propose même une alimentation à 50 % bio et a créé onze emplois pérennes. »

    « des toutous dans l’openspace ! »

    Dans la même veine, depuis une trentaine d’années, l’entreprise accueille les chiens (avec des papiers en règles, un passage chez le vétérinaire et hors catégories 1 et 2…) de ses salariés dans l’openspace. Les animaux disposent de points d’eau dans l’entreprise ; de tapis, d’une laisse et même d’un parc, rénové en janvier dernier et situé à l’extérieur avec des jeux pour se dépenser. « Selon une enquête de Mars Petcare réalisée en février 2016, la présence des chiens ralentit le rythme cardiaque et la pression artérielle et donc réduit le stress, complète Donatienne de Vignau. Cela crée également du lien entre les collaborateurs. »

    À l’heure actuelle, une quinzaine de chiens accompagnent régulièrement leurs maîtres au bureau. Lorsque ces derniers ont une réunion, ils peuvent laisser la garde de leur animal à un collègue dogsitter. « Ce ne sont que deux aspects de notre politique de qualité de vie au travail, précise la directrice de la communication de Mars Petcare. La formation, le développement personnel et le sport sont tout aussi importants dans le quotidien de nos associés. » Car être bien dans son travail, s’y épanouir, serait « source de performance économique » pour l’entreprise.

    Les Brèves

    • Un massage au bureau ?

      Depuis deux ans, Stéphanie Hergott a installé son cabinet de « thérapies alternatives » à Orléans. Sa spécialité ? Le Amma Assis, un massage japonais sur chaise ergonomique. Cette entrepreneuse se déplace en entreprises à l’horaire choisi. « L’utilisation régulière de ce massage permet de réduire le taux d’absentéisme et d’améliorer la productivité grâce à une meilleure gestion du stress, affirme Stéphanie Hergott. Et les salariés se sentent reconnus individuellement dans leur entreprise. »