Les Brèves

    Meurtrier exhibitionniste

    Les commentaires n’ont pas manqué sur la présence de Bertrand Cantat en première page des Inrocks. Il y a ceux qui s’offusquent, ceux qui ne comprennent pas « l’acharnement » et d’autres qui s’en foutent comme de l’an 40…

    Alors, pour que les choses soient claires et compréhensibles par tous, petit jeu de rôle : votre mère a été lâchement tuée, succombant sous des coups de poing sauvages et multiples. Et l'auteur des faits, après avoir payé sa dette à la société, vient se pavaner sciemment sous vos fenêtres en affichant son sourire, sa joie de vivre et sa satisfaction. Comment réagiriez-vous ?

    C’est exactement ce que fait subir Cantat à la famille et aux proches de Marie Trintignant. On ne va pas s’appesantir ici sur les circonstances de son jugement. Mais quand même… Interrogeons-nous ! Est-ce à la famille de la victime de se cloîtrer pour ne pas être confrontée à cette vision ? Ou est-ce au coupable de se montrer, a minima, discret ?

    Et à l’évidence, ce que l’artiste n’a pas compris, la Justice devrait lui imposer. Et s’il estime que sa non-présence médiatique est préjudiciable à son activité professionnelle, on peut aussi lui souffler que plein d’autres métiers sont disponibles, dont la plupart ne nécessitent pas de s’exhiber devant les caméras. Et je suis sûr, de surcroît, que l’État se fera une joie de lui offrir une formation de boucher-charcutier, ébéniste, chaudronnier ou carreleur…

    Les Brèves