Les Brèves

    My Loire Valley… « by CA »

    Écosystème numérique

    Le site Internet local My Loire Valley est passé cet été sous la coupe du Crédit Agricole, mais va pouvoir continuer à travailler sur la valorisation du territoire.

    p.h.

    Voilà maintenant quatre ans que My Loire Valley a été créée. Un parcours qui a connu quelques belles réussites, comme son audience sur Facebook, très réactive et aujourd’hui pourvue de plusieurs dizaines de milliers de fans. Mais le modèle économique, lui, n’a jamais réellement émergé.

    Son créateur n’a pas, pour autant, baissé les bras. Et après un premier partenariat avec le Crédit Agricole qui a, semble-t-il, donné entière satisfaction à la banque mutualiste quant au retour terrain, la pertinence de My Loire Valley en tant qu’acteur de la valorisation du territoire a incité la banque à tendre la main au site Internet local, jusqu’à décider de racheter la société le 4 août dernier.

    Mettre le tourisme en avant

    Une démarche étonnante de prime abord, le modèle économique de cette plateforme semblant très complexe à trouver. Mais c'est sans compter la puissance du réseau du Crédit Agricole, qui espère bien trouver une forme d’équilibre dans sa gestion. « Si elle n’est pas viable en tant que start-up, celle-ci peut trouver toute sa place dans notre environnement », explique-t-on du côté du Crédit Agricole. Et un de ses représentants d’ajouter : « le tourisme est une filière qui est un levier de l’économie locale. Il fait partie de ces relais de croissance que l’on nous demande de mettre en avant en tant que banque coopérative très sensible à l’animation du territoire. »

    « trouver une forme d’équilibre dans la gestion »

    Pour autant, le créateur cofondateur du site n’a pas été débarqué et restera le garant de la ligne éditoriale de ce site qui réalise reportages, photos et publi-reportages. « Nous lui avons demandé de focaliser son attention sur les départements sur lesquels nous sommes déployés localement (la Nièvre, le Loiret et le Cher), précise-t-on au Crédit Agricole. Nos 1092 administrateurs doivent aussi remonter des informations pour permettre de développer et de favoriser les initiatives du territoire. »

    My Loire Valley aura ainsi dû se résigner à vivre de ses propres subsides au bout de quatre années. En revanche, ce rachat démontre la capacité de ce modèle à apporter de la valeur ajoutée dans la valorisation du patrimoine ligérien. C’est déjà une victoire…

    Les Brèves

    • 215 000

      C’est le nombre de fans de My Loire Valley sur sa page Facebook