Les Brèves

    Les play-offs dans le viseur

    Fleury Loiret Handball

    Après une saison à suspense où elles ont fini par accrocher le maintien, les Panthères de Fleury ont repris l’entraînement le week-end dernier. Avec un objectif énoncé par Jean-Pierre Gontier, le président du club : se qualifier pour les play-offs.

    Benjamin Vasset

    Des play-downs aux play-offs, il n’y a qu’un pas que Jean-Pierre Gontier a décidé de franchir, le week-end dernier, au moment d’annoncer les objectifs des Panthères pour la saison à venir. Le président du FLH n’a pas tergiversé : il a chargé staff et joueuses de retrouver les play-offs à la fin de la saison régulière. Ce n’est pas comme si le club devait escalader l’Everest en tee-shirt et claquettes, puisque sont qualifiées pour ce tour final les huit premières équipes (sur onze au total…) de la Ligue Nationale de Handball.

    L’an dernier, les Panthères, qui n’avaient pu accrocher ces phases finales désignant en fin de compte le club champion de France, avaient lutté, en play-downs, dans de plus obscurs débats pour éviter la relégation en D2. Elles avaient acquis leur maintien sans trop frémir, même si Christophe Cassan, le coach des Panthères, le reconnaît aujourd’hui : « la peur, on l’a eue toute la saison dernière. Pour diverses raisons, ce fut une saison difficile et éprouvante. La plupart des joueuses étaient encore en apprentissage, mais elles ont été courageuses et ont obtenu ce qu’elles devaient aller chercher », c’est-à-dire le maintien.

    Le Fleury Loiret Handball a-t-il ainsi vécu l’année passée cette fameuse « saison de transition » dont se repaissent les commentateurs sportifs ? « Je dirais plutôt que c’était une saison tampon entre deux cycles », corrige Christophe Cassan. L’an dernier, les Panthères avaient été, on se rappelle, dépeuplées de leurs meilleurs éléments suite aux incertitudes concernant l’endroit où le FLH devait jouer ses matchs à domicile. En 2016-2017, le club avait, ainsi, notoirement réduit la voilure. Mais il a depuis redéfini une stratégie plus ambitieuse : « retrouver les quatre premières places du championnat d’ici à 2020. »

    Le retour de Laura Kamdop

    Avec quels moyens ? Cette année, les talents du cru vont être à nouveau sollicités afin de ramener les Panthères vers les sommets. Cécilia Errin, Jade Honsai, Claire Sheid ou Aida Viloria Ponsarnau, toutes formées au club, seront donc de nouveau là pour ferrailler sur les terrains de D1. Cependant, à l’intersaison, le FLH a remis la main au pot pour attirer, et même faire revenir, des joueuses de renom. On pense notamment à la pivot internationale Laura Kamdop, qui faisait encore les belles heures de Fleury il y a tout juste un an. « Elle a eu plusieurs propositions, raconte Christophe Cassan, mais elle est très attachée au club et elle entretient des relations particulières avec lui. Elle avait la volonté de continuer ce qu’elle avait commencé sur le cycle précédent. ».

    Sur un plan plus collectif, le technicien loirétain ne juge pas démesurés les objectifs de son président : « Ils correspondent à la qualité de l’équipe, affine-t-il. À nous de fournir le maximum et de se montrer le plus ambitieux possible. » Dans cette optique, la demi-centre Bruna de Paula, auteur de quelques perfs l’an dernier, devra par exemple confirmer les belles dispositions entrevues l’an dernier.

    Tout de suite dans le dur

    Ce nouveau groupe n’a, cependant, pas encore défini de capitaine. « Cela se décidera dans les jours à venir, au fil de la vie de groupe », explique Christophe Cassan, qui dit toutefois avoir « sa petite idée. » Le coach fleuryssois attend de voir comment vont se dérouler les premiers pas d’une équipe qui comporte des jeunes pousses, des « joueuses françaises expérimentées, des joueuses internationales » et enfin « des hyper-revanchardes », à l’image de l’arrière Fanta Keita. L’entraîneur loirétain, qui a repris son groupe en main samedi dernier, dit avoir retrouvé des « filles concernées et souriantes », qui n’ont visiblement pas fait d’écarts pendant les vacances. Le premier match amical des Panthères aura lieu le 5 août contre Issy-Paris, et l’ouverture de l’ouverture de la Ligue Féminine de Handball est prévue le 30 août, à domicile, contre Le Havre. Avant trois matchs à suivre contre les… trois premiers du dernier championnat (Issy Paris, Metz et Brest). Au moins, il n’y aura, d’entrée, aucun temps mort…

    Les Brèves

    • Et on joue où ?

      Savoir où les Panthères joueront leurs matchs à domicile tiendrait-il du casse-tête ? « On jouera toutes nos rencontres au Palais des Sports », nous a d’abord affirmé Christophe Cassan. Enfin, « dès lors que le Palais des Sports sera disponible… », a continué l’entraîneur fleuryssois. La salle de la rue Eugène-Vignat sera aussi, comme l’an dernier, utilisée par l’OLB et le Saran Handball (six matchs y sont prévus), sans compter la tenue de l’Open d’Orléans fin septembre.En cas d’indisponibilité du Palais des Sports, les Panthères se rabattront sur la Halle du Bois-Joly, à Saran, voire sur la salle Albert-Auger. Mais même pour la réception du Havre, le 30 août prochain, le lieu de la rencontre ne devrait être établi qu’à la fin du mois de juillet...