Les Brèves

    La qualité de l’eau ? Excellente !

    Eaux de baignade

    Envie de vous baigner dans une eau douce en pleine nature cet été ? Dans le Loiret, cinq sites de baignade sont ouverts, dont l’île Charlemagne dans la métropole d’Orléans. Selon l’Agence régionale de santé (ARS) du Centre-Val de Loire, l’eau prélevée y est de qualité excellente.

    Claire Seznec

    En été, faire trempette dans une eau douce et saine ailleurs qu’en piscine est recherché. L’année dernière, dans la région Centre-Val de Loire, l’Agence régionale de santé (ARS) a contrôlé 42 points de baignade « en milieu naturel » ouvertes au public. Cette année, leur nombre s’élève à 46. Parmi elles, cinq se trouvent dans le Loiret : l’étang du Puits (Cerdon), l’étang communal (Chalette-sur-Loing), l’étang de la Vallée (Combreux), l’étang des Bois (Vieilles-Maisons-sur-Joudry) et les zones sud et est de l’île Charlemagne (Saint-Jean-le-Blanc). Partout, depuis 2013, l’eau y est, semble-t-il, d’« excellente » qualité.

    Passés au peigne fin

    Chaque saison estivale, à raison de deux fois minimum par mois, les sites sont suivis par la personne responsable de l’eau de baignade et les pôles santé publique et environnementale des Délégations départementales de l’ARS. Mais dans le Loiret, tous les plans d’eau sont analysés cinq fois par an, à l’exception de la zone sud de l’île Charlemagne qui voit son eau prélevée huit fois dans l’année. L’objectif est d’en évaluer les risques de pollution. Les plans d’eau sont ensuite classés selon la qualité de l’eau (insuffisante, suffisante, bonne et excellente).

    « Depuis 2010, ces contrôles portent uniquement sur l’évaluation de la qualité bactériologique : en effet, de nombreuses maladies peuvent être transmises par l’ingestion ou par contact avec une eau contenant des germes pathogènes », explique un communiqué de l’ARS. En complément, un examen visuel de l’eau, à la recherche de mousse ou d’huiles minérales, ainsi qu’un contrôle de l’acidité de l’eau peuvent être réalisés. « En cas de risques sanitaires, comme lors d’une présence de cyanobactéries, des analyses sont effectuées car certaines toxines peuvent engendrer des troubles dermiques, gastriques et neurologiques plus ou moins importants », complète l’agence. Cependant, le classement de la qualité des eaux ne prend pas en compte la présence ou non des fameuses cyanobactéries. Il est réalisé en fonction des résultats d’analyses bactériologiques.

    Les Brèves

    • Plus de quarante piscines dans le Loiret

      Si certains préfèrent se baigner en milieu naturel, d’autres s’orientent vers les piscines, qu’elles soient couvertes ou découvertes, pour trouver un peu de fraîcheur. Dans le Loiret, une quarantaine de piscines ou centres aquatiques sont répertoriés. Dans la métropole orléanaise, outre le centre nautique de Saran, le centre aquatique de Saint-Jean-de-la-Ruelle et le complexe nautique de La Source, la piscine du Poutyl, en extérieur, a ouvert pour l’été après de longs mois de travaux. Plus de 3 millions d’euros ont été nécessaires pour le chantier. Les lieux n’ont pas été agrandis, et la capacité maximale de nageurs dans les deux bassins est toujours de 840 personnes. Mais tout a changé : les vestiaires sont plus fonctionnels ; les bassins sont désormais en inox afin de faciliter le nettoyage et le traitement de l’eau ; un solarium et une buvette. À côté de la pataugeoire, il y a désormais un Splash pad, une aire de jeux d’eau avec un petit toboggan pour les enfants. La petite nouveauté ? Réserver son entrée en ligne, sur le site internet de la piscine, pour éviter la longue attente sous le soleil de l’été.

      Mais pour se baigner, il existe également, dans les communes de la métropole, des piscines « classiques » à Fleury-les-Aubrais, à Orléans et à Saint-Jean-de-Braye. En s’écartant un peu d’Orléans, tout en restant dans le département, le centre aquatique de Beaugency, celui de Dampierre-en-Burly, celui de Pithiviers et encore les piscines de Neuville-aux-Bois, Meung-sur-Loire et de Sully-sur-Loire sont ouvertes.