7 JOURS

Les Brèves

  • Bonnes vacances… et à très vite !

    La Tribune HebdO prend, à partir de cette semaine, quelques jours de vacances. Nous vous donnons cependant rendez-vous le 30 août prochain pour notre 197e numéro, qui, nous vous l’assurons, sera riche en surprises. Mais, chut, nous n’en dirons pas plus…

    En attendant, bonnes vacances à vous tous !

  • Un accueil pour les enfants maltraités

    CHR Orléans

    C’est une première en France : une salle de confrontation pour les mineurs victimes de maltraitance a été créée, à la mi-juillet, au Centre hospitalier régional d’Orléans (CHRO). Inauguré le 12 juillet par de nombreux représentants de l’État et d’associations (dont La Bonne Étoile, co-présidée par Laeticia Hallyday et Hélène Darroze), ce lieu a été installé au sein de l’unité médico-judiciaire des mineurs et a son pendant au commissariat d’Orléans.

    Ce dispositif a été imaginé par l’unité d’accueil des jeunes victimes de l’hôpital d’Orléans et le Parquet d’Orléans. Lorsque l’enfant victime est amené par l’enquêteur, il est désormais pris en charge par un docteur et par son équipe dans cette salle. Cette dernière permet de confronter l’enfant avec l’auteur présumé des faits, sans que ce dernier, auditionné au commissariat, soit présent dans la même pièce. Les entretiens, filmés et retransmis en direct par vidéoconférence à la Brigade de Protection Familiale de l’Hôtel de Police d’Orléans, peuvent être visionnés lors d’un procès. D’ici la fin de l’année, deux autres salles de ce type devraient être inaugurées, à Saint-Malo et Pontoise.

  • Le travail, c’est pas la santé (1)…

    Centre-Val de Loire

    En 2015, 26 319 accidents du travail avec arrêt et 1 787 maladies professionnelles ont été déclarés dans la région Centre-Val de Loire. Au cours des quatre dernières années, ce sont aussi 256 cancers d’origine professionnelle qui ont été comptabilisés. Face à ces chiffres impressionnants, un Plan Santé au Travail définissant la politique de la santé et du bien-être des travailleurs a été créé par le Comité régional d’orientation des conditions de travail (CROCT). Les points forts de ce plan ? L’amélioration des conditions de travail dans les TPE, ainsi que la prévention des risques chimiques, de l’amiante et de l’usure professionnelle, qu’elle soit physique ou psychique.

  • Amazon et la santé (2)…

    Saran

    Au sein d’Amazon Saran, une série d’actions a été réalisée entre le 10 et le 16 juillet dans le cadre de la Semaine de la santé. Le syndicat Solidaires a ainsi invité les salariés à respecter à la lettre les règles de sécurité de l’entreprise. Dans un tract distribué, il est inscrit que « s’il n’est pas possible d’atteindre les objectifs fixés, ce n’est pas du fait des salariés, mais de l’organisation du travail. Si nous ne sommes pas assez pour livrer 150 000 unités sans nous blesser, peut-être qu’il faudrait embaucher plus. La pression à la productivité ajoutée aux gestes répétitifs augmente les risques d’accident… »

  • Les syndicats au tribunal !

    Kéolis

    La situation sociale au sein de Kéolis demeure tendue. Déjà le mois dernier, les syndicats SUD TAO et Solidaires Loiret avaient demandé à la direction de réintégrer des « salariés licenciés abusivement », mais aussi « l’arrêt du harcèlement des salariés, la fin du management punitif et infantilisant », ainsi que « des conditions de travail et des temps de pause décents ». En réponses, les syndicats en question ont reçu, début juillet, deux assignations à comparaître devant le Tribunal de grande instance et le Tribunal correctionnel. La première audience a été reportée au 15 septembre. « On ne peut que s’interroger sur cette conception du dialogue social, pourtant vanté par la direction de Kéolis, qui consiste à traîner des syndicalistes devant les tribunaux alors que ces derniers n’ont fait que remplir leur rôle de lanceurs d’alerte », ont estimé, courroucés, les syndicats précités.

  • Pas tous d’accord sur le budget

    Université d’Orléans

    Mardi 18 juillet, le conseil d’administration de l’université d’Orléans a été convoqué pour examiner un premier budget rectificatif pour l’année en cours. Ce dernier est d’environ 3 millions d’euros mais génère, selon les syndicats FSU et UNEF eu conseil d’administration, « un solde budgétaire négatif de -?518 000 euros ». Pour les élus de ces syndicats, ceci est « révélateur des grandes difficultés financières de l’établissement ». Ils soulèvent également l’absence de dotations supplémentaires de l’État pour faire face à l’augmentation du nombre d’étudiants attendue dès septembre. Dans un communiqué, ces deux syndicats estiment qu’« il y a urgence à sortir de l’étranglement financier et de la contraction de l’offre de formation, afin de permettre à l’université d’Orléans de remplir ses missions de formation comme de recherche au service de son territoire, de sa jeunesse et de ses habitants. »

  • Un été sans ligne A

    Orléans Sud

    Dans le sud d’Orléans, les rails de la ligne??A du tramway sont en pleine rénovation jusqu’au 25 août. La circulation est donc arrêtée entre les stations Tourelles et La Source. Pour faire les trajets, des bus de substitution ont été mis en place, mais il faut compter un temps de parcours supérieur de dix minutes. À noter également que le réseau connaîtra de nouveau des travaux au sud de la ligne A pendant l’été 2018.

  • Des arrêts plus modernes !

    Orléans Métropole

    Depuis début juillet, le parc des poteaux d’arrêts de bus dans la métropole d’Orléans est rénové. Des poteaux « plus modernes », dont les teintes devraient mieux s’intégrer aux paysages, sont ainsi en cours d’installation. Cette année, des travaux de mise en accessibilité PMR (Personnes à Mobilité Réduite) doivent également être lancés.

  • J.-P. Sueur sur la réserve…

    Loiret

    Lors des débats concernant le projet de loi de la « moralisation » de la vie politique, Jean-Pierre Sueur s’est prononcé contre la suppression de la réserve parlementaire, craignant que « cela se traduise par une perte de revenus pour les petites communes et communes rurales ». Concernant les collaborateurs parlementaires, le sénateur du Loiret a défendu un amendement définissant leur fonction ainsi que la fiscalisation des indemnités de fonction de ces derniers.

  • Cap sur la transition énergétique

    Centre-Val de Loire

    Le secteur du bâtiment a un rôle d’importance dans les défis énergétiques, climatiques, économiques et sociaux. Dans ce cadre, la Chambre régionale des métiers et de l’artisanat du Centre-Val de Loire, l’antenne régionale de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB) et celle de la Fédération Française du Bâtiment ont élaboré un projet commun d’action, en lien avec le programme national PACTE (Programme d’action pour la qualité de la construction et de la transition énergétique). D’ici le début de l’année 2018, les 18 000 entreprises du bâtiment de la région seront sensibilisées à la rénovation énergétique et accompagnées dans cette démarche. Elles pourront ainsi développer leurs compétences dans ce domaine.

  • La Saturday Night Fever décalée

    Orléans

    Originellement, la Saturday Night Fever devait avoir lieu au Zénith d’Orléans le samedi 23 septembre, à 15 h et à 20 h 30. Mais suite à l’annonce par le groupe TF1 de la participation des deux rôles principaux (Fauve Hautot et Nicolas Archambault) en tant que membres du jury de Danse avec les Stars, les représentations sont reportées au samedi 17 février 2018, à 15 h et 20 h 30. Les billets restent valables pour les mêmes horaires, mais il est aussi possible de se les faire rembourser.

  • L’Arena 45 a fermé

    Sport

    Cette année, la métropole orléanaise comptait trois complexes dits de « foot à cinq », particulièrement prisés des footballeurs amateurs depuis quelques années : le Five à Ingré, le Soccer Park à Fleury-les-Aubrais et l’Arena 45, tout proche du Zénith. Ce dernier complexe, inauguré en novembre 2015, vient de fermer ses portes. Impossible d’en connaître la cause exacte, puisque Patrick Delétoille, l’un des deux associés du projet, a visiblement résilié son abonnement téléphonique ces derniers jours. De sources officieuses, l’Arena 45 semblait toutefois avoir du mal à trouver son public. Voilà qui donne du grain à moudre à ceux qui pensaient que trois structures de ce type, c’était trop pour une métropole comme Orléans...

    En début de semaine dernière, le groupe Soccer Park annonçait en outre qu’il reprenait en centre propre le Five d’Ingré. « Après avoir porté le brassard pendant sept ans, l’ex-pro Stéphane Blondeau a transmis le flambeau au groupe qui dirige désormais le complexe historique de l’agglomération orléanaise et renforce sa présence dans la ville », a ainsi fait savoir le groupe Soccer Park dans un communiqué.

  • USO : bientôt la reprise !

    Orléans

    Les joueurs de l’US Orléans reprendront le chemin des pelouses de Ligue 2 le vendredi 28 juillet au soir, à La Source, contre Nancy. À l’heure où nous mettions sous presse, la campagne de matchs amicaux des Orléanais charriait de jolies promesses, puisque les hommes de Didier Ollé-Nicolle avaient notamment disposé d’une Ligue 1, le SCO d’Angers, sur le score de 1-0 . Évidemment, tous les entraîneurs du monde disent que les résultats obtenus lors de ce type de rencontres ne veulent rien dire, mais quand même… On verra donc dans dix jours si cet USO new look attaquera cette nouvelle saison de L2 du bon pied. En début de semaine, le club cherchait encore le « défenseur central d’expérience » dont Anthar Yahia, le manager général de l’USO, avait évoqué récemment dans nos colonnes.

  • De l’art en Loire

    Orléans

    Les préparatifs de la 8e édition du Festival de Loire, du 20 au 24 septembre, ont déjà commencé. Un projet participatif d’art plastique, chapeauté par le plasticien Jacques Lélut, va ainsi voir le jour. Il s’agit de l’Aquanef, une installation métallique monumentale composée de matériaux de récupération. Pour y prendre part, les Orléanais peuvent participer à des ateliers en libre accès et apporter des objets dont ils souhaitent se séparer. Les ateliers de création se déroulent du 1er août au 2 septembre à la salle Eiffel, à Orléans, du mardi au samedi. L’Aquanef sera ensuite installée Quai du Châtelet, face à la place de Loire, pendant le festival.

  • On recherche chien mordant

    Combleux

    Par le biais d’un post Facebook, le chocolatier orléanais Sébastien Papion a fait part d’une triste mésaventure lui étant arrivée le 14 juillet, sur les bords de Loire, à hauteur de Combleux. Ce jour-là, en fin d’après-midi, son épouse et sa chienne ont en effet été agressées par un pitbull sans muselière qui s’est visiblement détaché de l’emprise de son maître, lequel tenait « dans sa main une barre de fer pour essayer de le maîtriser. » Selon le chocolatier, le propriétaire du chien et ses compagnons se sont enfuis après le forfait commis par leur animal. D’où l’appel à témoins lancé par Sébastien Papion sur les réseaux sociaux, et qui a déclenché, on s’en doute, un flot de commentaires, les uns se montrant solidaires avec l’artisan, les autres regrettant qu’on stigmatise ici les « chiens dits dangereux… »

  • Petite boutique, méga service…

    Saint-Jean-de-la-Ruelle

    On a souvent tendance à se méfier des petites boutiques qui fleurissent et qui promettent de résoudre vos problèmes de téléphonie en deux temps, trois mouvements. Une enseigne s’est notamment installée au cœur du centre commercial des Trois Fontaines, à Saint-Jean-de-la-Ruelle. À l’évidence, l’activité y est soutenue. Ce qui n’empêche pas la salariée, qui virevolte de son siège où elle manie les outils avec une incroyable dextérité et les demandes de devis, de proposer le juste service en fonction des besoins. C’est ainsi qu’entre un smartphone dont la batterie avait souffert, un autre à l’écran totalement étoilé, elle résout par quelques manipulations un autre souci de chargement de batterie difficile, cette fois, sur un appareil tendu par un client un peu désorienté par ces nouvelles technologies. Le tout à l’aide d’une fine pince, d’un sourire et sans demander de paiement en retour… « C’était juste quelques poussières », répondra-t-elle en tendant le smartphone à son propriétaire hagard. On trouve souvent que le service est parfois chèrement payé. Pour ce qui concerne cette enseigne, visiblement, il en est autrement, et cela méritait ces quelques lignes de commentaires.