Les Brèves

    L’été, les chiens souffrent aussi…

    Pratique

    Entre insectes, serpents et coups de chaleur, bien des dangers jalonnent la route des vacances pour votre chien. Parce qu’un maître averti en vaut deux, voici quelques conseils à méditer avant le grand départ…

    S.Seuron

    En été plus que jamais, votre animal est sensible à la chaleur. Les températures élevées peuvent provoquer une déshydratation rapide. Votre chien doit toujours avoir de l’eau à volonté. Si vous l’emmenez en balade, n’oubliez pas sa bouteille et son petit récipient… Attention, les chiots sont encore plus sensibles et une forte déshydratation peut leur être fatale.

    La chaleur peut aggraver brutalement une cardiopathie chez un chien fragile du cœur, engendrant alors un œdème pulmonaire : le chien est essoufflé, il tousse et respire mal. Si votre animal vous accompagne en voiture, ne le laissez jamais à l’intérieur, que ce soit en plein soleil ou même à l’ombre ! Cela pourrait le tuer en quelques minutes. Le coup de chaleur se caractérise par une forte température, des halètements importants et rapprochés, une perte de connaissance. Il faut absolument faire baisser la température de l’animal en le trempant dans un bain tiède pour éviter un choc thermique, ou lui appliquer des linges mouillés puis l’emmener chez un vétérinaire.

    Piqûres, morsures et ingestions

    Les piqûres de guêpes et de frelons peuvent entraîner des réactions importantes, parfois graves si l’animal présente une allergie. Lorsque le chien est piqué à la gorge, ses voies respiratoires risquent de s’obstruer. La chenille processionnaire du pin provoque une envenimation avec ses poils urticants. Si votre chien a léché ou avalé une telle chenille, il va se mettre à baver abondamment. Une visite chez le vétérinaire s’impose pour endiguer tout risque de nécrose des muqueuses.

    « Les chiots sont très sensibles à la déshydratation »

    Gare aussi aux serpents. Les vipères sont nombreuses à la belle saison, et plusieurs espèces sont présentes dans de nombreuses régions (Pays de Loire, Bretagne, Provence…). La morsure est très douloureuse : l’animal pousse un cri, et, très vite, la partie mordue se met à enfler (souvent le museau ou les pattes). Si la dose de venin inoculée est faible, le risque est local : œdème, nécrose, surinfection. Si elle est forte, il y a risque de choc, de problèmes de coagulation, voire de complications nerveuses et cardiaques. Il est indispensable d’emmener l’animal chez le vétérinaire le plus rapidement possible. De leurs côtés, les morsures de tortues sont rares, mais se produisent parfois lors d’une rencontre inopportune avec une tortue terrestre que l’animal va dénicher. Le bec corné du reptile laisse une grande marque sanguinolente sur la truffe du chien. L’ingestion de crapauds est un autre danger qui prête à sourire, mais de nombreuses espèces de crapauds que l’on trouve en France ont une peau qui secrète des toxines. Le léchage ou même l’ingestion d’un tel amphibien peut entraîner des symptômes brutaux : vomissements, abattement profond et même troubles cardiaques qui mènent tout droit à la mort. Là aussi, il est indispensable de consulter un vétérinaire.

    Des plantes qui font du mal…

    Extrêmement toxique, le laurier-rose est très répandu dans le sud de la France. Il en va de même du datura et de bien d’autres plantes vénéneuses. Les poisons sont violents. Surveillez donc bien votre animal afin qu’il n’ingère ni fleurs, ni feuilles, ni eau stagnante autour de la plante. Attention aussi aux épillets : tout le monde connaît ces petites graines de graminées sauvages qui poussent de mai à septembre. On les trouve partout où il y a des herbes hautes (bords des chemins, prés, terrains vagues). On les appelle aussi « voyageurs ». Les enfants s’amusent parfois à les mettre sous le pull d’un copain au niveau de la taille, pour faire une blague. L’épillet « grimpe » alors tout seul et se retrouve au niveau du cou ! Il en va tout autrement pour les animaux : les épillets pénètrent dans les zones sensibles (le nez, les oreilles, les yeux, entre les coussinets…) et peuvent être à l’origine de nombreux problèmes graves (dégâts dans les cavités nasales, perforation du tympan, otite, perforation de la cornée, abcès etc.) Il est donc important d’enlever ces importuns sans attendre !

    Les Brèves

    • En eaux dangereuses

      Les baignades en eau de mer – irritantes pour la peau du chien – ne sont pas très recommandées : mieux vaut leur préférer l’eau douce. C’est l’action associée du sel et des grains de sable qui provoque des inflammations et même des pododermites très douloureuses entre les doigts. Il est donc indispensable de rincer convenablement l’animal à l’eau douce après le bain de mer afin d’éliminer sel et grains de sable. Le vent, le sable qui vole et les courants d’air en voiture peuvent aussi provoquer des conjonctivites. Les yeux sont alors rouges, larmoyants et douloureux. Non traitées, ces inflammations peuvent entraîner des surinfections purulentes. Mais un collyre prescrit par un vétérinaire suffira à remettre très rapidement les choses en ordre…